Vidéo

Première campagne contre le racisme: « Je ne m’appelle pas Azzi »

La première campagne nationale contre le racisme sera lancée à partir du 21 mars. H24info tend son micro à des migrants subsahariens qui racontent leur difficile quotidien au Maroc.

A partir du 21 mars et à l’occasion de la journée internationale contre le racisme, une campagne nationale contre la normalisation du racisme sera lancée par «Papiers pour tous», un collectif d’une vingtaine d’associations qui militent pour la régularisation des migrants subsahariens.

Pour sensibiliser, alerter et (pourquoi pas) mettre fin aux mauvais traitements trop souvent réservés à cette catégorie de la population, le collectif monte au créneau et lance une campagne nationale qui sera déclinée sur plusieurs supports: affiches, banderoles, t- shirts etc. « Je ne m’appelle pas Azzi », l’accroche de la campagne est sans équivoque.

Au cours de cette journée, une rencontre avec plusieurs personnalités des milieux associatifs et culturels sera organisée, des courts métrages contre le racisme seront projetés et des recommandations seront émises au terme de cette journée.
H24info a pris sa caméra en main direction la médina de Casablanca, où une importante communauté de migrants subsahariens a élu domicile. Trois migrants subsahariens se sont confiés à nous.

Ils nous racontent leur quotidien difficile. A l’image de Rachel, une coiffeuse Ivoirienne: « J’ai été plusieurs fois agressée, traitée de nègre ou d’Azzia. Au début, on nous crachait dessus et on nous jetait des pierres ». L’histoire de Rachel n’est pas isolée. Elle n’est qu’un exemple de ce que des milliers de migrants subissent chaque jour.

Pour voir la vidéo du reportage, cliquez ici:

Reportage h24info: les Subsahariens et le racisme quotidien au Maroc

 

Publicités